Publié le

Le bien-être : phénomène de mode ou philosophie de vie ?

Tu l’auras sans doute remarqué, les espaces et les outils dédiés au bien-être de la population ne cessent de se développer. Alors que d’autres secteurs, comme les loisirs et le tourisme, ont été fortement impactés par la crise économique, le bien-être se porte à merveille. Phénomène de mode ou réel besoin sociétal d’un retour à soi ? Je te propose dans cet article d’aller creuser un peu cette problématique et je te livre mon point de vue.

Un marché en plein essor et un retour au soin de soi

D’après les chiffres, la recherche du bien-être dans nos sociétés modernes ne serait pas une simple mode, mais une tendance lourde qui s’inscrirait de manière profonde dans nos habitudes sociales. L’augmentation du stress, de la pression induite par des rythmes de travail effrénés et une vie familiale prenante, poussent les français à rechercher des échappatoires et à prendre davantage soin d’eux. Le développement constant et la croissance continue de ce marché depuis ces 20 dernières années en seraient la preuve. D’autant plus que ce phénomène se poursuit aujourd’hui, malgré un contexte économique compliqué et incertain.

Le fait est que « l’accès au bien-être est désormais une condition sine qua non pour être heureux » selon un sondage Ipsos. Au point qu’un français sur deux (45 %) affirme avoir entrepris au moins une action destinée à accroître son niveau de bien-être corporel dans les 6 derniers mois et qu’un français sur trois (36%) déclare consulter régulièrement des articles ou des livres traitant du bien-être. La recherche d’une santé et d’une jeunesse préservée est la principale motivation des consommateurs du marché du bien-être. Les français cherchent à se maintenir en bonne santé et à être en forme.

Et pour cela, le bien-être est la meilleure des préventions par l’intermédiaire de l’hygiène de vie générale, de la diététique, du sport, du recours aux médecines douces et préventives ou encore aux massages. Le but : réduire de façon notable notre niveau de stress, reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé comme le fléau du monde occidental, différentes études ayant montré les conséquences du stress sur la santé : augmentation des risques cardio- vasculaires, cancer, diabète…

Ce qu’il y a de positif et de novateur dans le secteur du bien-être, c’est qu’il concerne toutes les générations et tous les domaines. En effet, la grande majorité de la population est indéniablement intéressée par le fait de vivre mieux. Dans le futur, cette tendance devrait se développer toujours davantage et prendre encore plus la forme d’applications mobiles, qui existent déjà aujourd’hui, et de solutions 100% en ligne. Les tendances du futur seront par conséquent très axées sur le bien-être directement à domicile, pour cadrer avec les nouveaux modes de vie des gens, toujours plus pressés et désireux de découvrir de nouvelles méthodes pour se sentir bien.

Si je résume, les Français souhaitent aujourd’hui trouver un équilibre de vie et prendre soin d’eux : ils cherchent à manger mieux, vivre mieux, aimer mieux, travailler mieux… Je me réjouis de ce point : prendre soin de soi me paraît être l’élément fondamental de toute vie et ce changement de comportement m’apparaît comme prometteur pour l’avenir de l’humanité. Cependant, quelque chose me chiffonne dans tout ça…

feuillage détente

Le bien-être comme solution aux maux de la société ?

Notre rythme de vie moderne me semble être la cause de bien des maux. Le rythme de vie inculqué par la société, celui qui nous régit depuis des années, semble atteindre ses limites. Une majorité de personnes se dit stressée, fatiguée, de mauvaise humeur, pressée… Ces conditions de vie sont la cause de l’engouement vers le secteur du bien-être. Les personnes cherchent des échappatoires, des solutions pour se sentir mieux et oublier leurs tracas quotidiens.

Mon impression est qu’ici, le bien-être semble venir comme une roue de secours, une solution à court terme pour prévenir les dangers de ce mode de vie moderne. Ce schéma ne me semble pas viable car il ne résout pas le souci à sa source : notre mode/rythme de vie. De plus, il laisse de côté toutes les personnes qui, faute de moyens financiers, n’ont pas accès à ces solutions de bien-être.

Le bien-être est un levier certes. Mais son impact peut être décuplé et changer littéralement des vies selon comment on va s’en servir.

Je me réjouis de voir des disciplines issues de savoirs ancestraux comme l’herboristerie, la naturopathie, la sophrologie, la médecine chinoise ou ayurvédique, la sylvothérapie, revenir au goût du jour. Mais je tiens tout de même à préciser que ce ne sont pas de “nouveaux métiers” mais des disciplines qui ont été plus ou moins volontairement écartées et oubliées pour faire la part belle aux grosses industries (pharmaceutiques, chimiques, etc.).

Je sais, tu te dis : oula ! Qu’est-ce qui lui arrive? Elle montre les dents, on n’a pas l’habitude… C’est vrai que je t’ai peut-être un peu caché mon côté réactionnaire, qui n’est pas simple à affirmer. Mais je pense que, si je veux vraiment que le monde change, il est temps d’oser exprimer mon opinion (qui n’engage que moi et ma vérité) : si ça peut permettre d’ouvrir le débat et de faire avancer la réflexion, ça vaut le coup d’essayer.

Pour moi, le bien-être ne se résume pas à des outils ou à des activités : c’est une philosophie de vie. Un cheminement sur lequel on choisit de s’engager pour soi, et qui par rayonnement bénéficie aux autres, car on sait que pour pouvoir mener une vie qui nous correspond, la première des choses à faire est de prendre soin de nous. C’est ici que l’on rejoint le développement personnel, intimement lié à cette quête de bien-être. Apprendre à se connaître, se défaire des croyances et des conditionnements accumulés depuis l’enfance, expérimenter pour trouver ce qui nous convient, affirmer notre unicité : le programme de toute une vie !

Ok et donc, comment on fait ?

Je viens de parler d’unicité, c’est justement pour ça qu’il n’y a pas de recette toute faite : ce qui a fonctionné pour moi ne marchera peut-être pas pour toi et inversement. L’expérimentation et la connaissance de soi sont la base d’un bien-être durable. Et pour ce faire, il va t’être nécessaire de t’accorder du temps pour toi. Non, je ne parle pas des moments où tu traînes sur les réseaux sociaux ni de ceux passés en terrasse à boire des verres. Je te parle de vrais temps de qualité, où tu n’es disponible pour personne d’autre que pour toi-même et sans distraction à porter de main.

C’est en acceptant de ralentir que tu vas faire des découvertes fabuleuses, te reconnecter à ton corps, à tes sens et que tu pourras ainsi ressentir de la joie, de la légèreté et de la sérénité au quotidien. C’est en allant à ta rencontre que tu vas peu à peu apprendre à gérer tes émotions et tes pensées, te délestant d’un fardeau considérable. Tu gagneras ainsi en clarté, découvrant ce que tu veux et ne veux pas pour ta vie.

Dans ma pratique, la nature est une précieuse alliée que je sollicite autant pour mes moments d’introspection que dans mes phases d’expérimentation, en mode aventure. La nature reflète nos états intérieurs : comme un miroir, elle nous renvoie l’image de qui nous sommes. Elle nous envoie des messages, nous accueille de façon inconditionnelle, nous apaise. Par tous ces aspects, elle constitue un soutien incroyable. C’est parce que je suis convaincue, après l’avoir expérimenté sur moi-même, que la nature est un levier puissant vers la connaissance de soi et le bien-être général que j’ai créé Chrysalide.

Si mon approche te parle et que tu souhaites approfondir le sujet, viens m’en parler par mail, message privé sur Instagram ou réserve directement ton appel découverte. Peut-être que ce que je propose peut répondre à tes besoins. Chrysalide est un programme de groupe sur 3 mois pour t’accompagner dans ton approche de la nature dans l’objectif de poser les bases d’un bien-être durable, simple et efficace.

Dans tous les cas, à la suite de cette lecture, j’espère que tu auras compris l’importance de cultiver un bien-être durable, profond et personnalisé. Tu es la personne la plus importante de ta vie, prends soin de toi !


Sources :

  • https://www.etudes-et-analyses.com/blog/decryptage-economique/etude-marche-etre-france-12-02-2020.html
  • https://temana.fr/marche-bien-etre-secteur-plein-essor/
  • https://www.arnika-formation.com/marche-bien-etre
Publié le Laisser un commentaire

A la découverte de la sylvothérapie

forêt Ardèche méridionale

La sylvothérapie, connue aussi sous le terme de « bain de forêt », est une pratique de bien-être émergente dans nos pays occidentaux. Au-delà d’un effet de mode, il s’agit en fait d’une philosophie de vie, d’une certaine relation que l’on entretient avec le Vivant. Zoom sur cette pratique qui gagne à se propager pour sa simplicité et les bienfaits qu’elle apporte.

Définition et origines de la sylvothérapie

La sylvothérapie, du latin silva = la forêt, est une pratique de bien-être qui consiste à bénéficier des bienfaits de la nature, et plus spécifiquement ceux des arbres, pour améliorer nos états physique, psychique et émotionnel. Elle est connue également sous le terme japonais shinrin yoku, qui signifie littéralement « se laisser envelopper par la forêt ».

Châtaigneraie en automne

Cette pratique a pris son essor au Japon dans les années 1980, à l’initiative du ministère en charge de la ressource forestière : l’idée était de valoriser cette ressource fortement présente sur le territoire. Et comme à cette même période, le pays faisait face à une vague de surmenage au sein de la population, allant jusqu’à constater des décès dus au stress, la population a été invitée à aller se promener en forêt. C’est à partir de là que l’intérêt des scientifiques s’est porté sur le rôle de la forêt sur la santé des êtres humains. Constatant en nombre des bienfaits similaires sur les personnes revenant de balades forestières, des études ont été menées pour comprendre par quels moyens les arbres faisaient du bien aux humains. Car oui, la nature, les arbres, sont généreux et nous font du bien. Ce n’est pas moi, défenseuse de l’environnement, qui le dit, mais de nombreuses études scientifiques qui depuis ont démontré les bienfaits du contact avec la nature, et plus particulièrement dans notre cas de la forêt.

Les bienfaits du bain de forêt

Différents facteurs interviennent dans cette médecine forestière. Des facteurs physiques, tels que la température de l’air, l’humidité, la luminosité, la vitesse du vent, le paysage sonore. Des facteurs chimiques comme les phytoncides (composés organiques volatiles dérivés des plantes/arbres) tels que l’alpha-pinène et le limonène qui sont des terpènes. Et encore des facteurs psychologiques qui reflètent l’évaluation subjective de l’environnement forestier comme la lumière/l’obscurité, la détente/la stimulation, le calme/le bruit, le bien/le mal, la tension/la détente, l’uni/le coloré.

Parmi les aspects clés de la médecine forestière, on retrouve :

  • la présence d’eau, chargée en ions négatifs qui soulagent les difficultés respiratoires ;
  • le paysage verdoyant, le vert étant associé à la détente ;
  • les phytoncides ;
  • les microbes présents dans le sol, qui stimulent le système immunitaire et réduisent la dépression ;
  • l’air pur, favorisant une bonne santé respiratoire ;
  • la lumière du soleil, source de vitamine D pour des os sains.

Les principaux bienfaits de la pratique sont les suivants :

  • Diminution du stress, de la morosité, des états anxieux et dépressifs ;
  • Augmentation de la créativité et de l’attention ;
  • Amélioration générale de l’humeur, du sommeil, du système immunitaire ;
  • Reconnexion à son intuition ;
  • Approfondissement de son lien avec la Nature.

Le bonus d’une pratique régulière ? Optimiser les bienfaits ressentis, être conscient.e de sa place d’humain dans le monde et l’intégrer dans sa vie quotidienne, respecter la Terre-Mère.

Alliance des phytoncides et des ions négatifs

Le bain de forêt en pratique

La thérapie par les arbres peut se pratiquer seul.e ou en groupe avec un guide. Cela dépendra de différents critères et de ce que tu recherches. Le tableau ci-dessous présente les avantages et les inconvénients que j’ai décelés pour chacune des deux options.

AvantagesInconvénients
Sortie seul.eLiberté dans l’organisation de la balade.
Permet d’aller à son rythme, de rester plus longtemps aux endroits qui te font particulièrement de bien.
Offre une totale liberté, la possibilité de facilement lâcher-prise, sans le potentiel regard d’autres personnes.
Nécessite une certaine aisance dans la nature, de connaître les risques, les lieux pour éviter de se perdre ou tout autre danger.
Ce sera à toi de trouver les invitations/activités réalisées : quelques recherches en amont seront nécessaires.
Limite en gestion du temps : pas évident de ralentir de soi-même.
Pas d’échange avec d’autres participants.
Sortie guidée en groupeRichesse des échanges entre participants : on peut se nourrir de l’expérience d’autrui + sentiment d’appartenance d’avoir vécu la même expérience.
Permet de se laisser totalement allé.e car on sait que le guide gère la situation : il connaît le lieu, les potentiels risques, il gère le rythme de la balade. Tu n’as rien à penser, tout est délégué pour que ton expérience soit optimale.
Variété des invitations fournies par le guide, nourrie par son expérience, sa connaissance du terrain et les techniques de conception d’un bain de forêt.
Contrainte de date, de lieu, de rythme : le même pour tout le monde.
Dépasser la peur du regard des autres pour pouvoir se laisser aller à l’expérience.
land art
Création d’un land art

Tout au long du parcours guidé, plusieurs pauses sont effectuées pour te proposer des invitations, terme utilisé pour évoquer les activités suggérées pendant la balade. Comme son nom l’indique, l’invitation est une proposition d’activité : libre à chacun de la suivre ou pas, selon ses ressentis et son aisance. L’idée du bain de forêt est d’accompagner les participants dans leur connexion à la nature, l’essentiel étant qu’ils se sentent bien/à l’aise à tout moment. Ainsi, si une invitation les met inconfortables, libres à eux de s’occuper différemment en attendant de passer à la suite.

Si les invitations rythment le parcours, les temps d’échanges sont aussi une part importante de l’expérience. En effet, les moments de partage permettent à chacun, s’il le souhaite, d’évoquer ce qu’il s’est passé pour lui/elle pendant l’invitation précédente, ses ressentis, les émotions présentes, des souvenirs, ou tout autre élément qu’il aurait sur le cœur. La richesse des échanges permet aux participants de se nourrir des expériences des autres, d’élargir leur compréhension de ce que l’expérience de connexion avec la nature peut apporter à chacun.

Une pratique de bien-être mais surtout un mode de vie

Tu en sais à présent un peu plus sur la sylvothérapie. Elle apparaît comme une pratique de bien-être simple, accessible à chacun. Cependant, autrefois, il y a des centaines et des centaines d’années, la sylvothérapie, qui ne portait pas encore ce nom, n’était pas une pratique mais bien une façon de vivre. 

Nos ancêtres étaient bien plus connectés que nous à la Nature et à ses cycles : c’était inné, leur mode de vie était en adéquation avec les lois de la Nature. Au fil de l’évolution de nos modes de vie et de nos sociétés, ce lien, cet art de vivre a été perdu. Les évolutions, les progrès scientifiques, bien qu’ils ne soient pas à dénigrer, nous ont éloigné de cette sagesse ancestrale et de tous ses enseignements. Différents mouvements et disciplines œuvrent aujourd’hui à restaurer et divulguer ses savoirs :

  • Le mouvement 8 Shields, créé il y a une trentaine d’années par Jon Young, met l’accent sur la transmission des routines fondamentales de connexions à la nature. Ces routines s’inspirent des pratiques trouvées dans toutes les cultures des peuples autochtones, basées sur la nature, à travers le monde. La mise en œuvre quotidienne de ces pratiques permet de se reconnecter avec notre rythme écologique primordial tout en réactivant notre relation empathique avec la Terre. Les sites de Permavisions et de Claire Morinière donnent un aperçu du mouvement.
  • Le chamanisme est une tradition ancestrale qui invite à un voyage pour poser un nouveau regard sur le monde et sur soi-même, en se basant sur une connexion avec la nature et notre propre conscience.
  • Les écoles de la forêt et les associations s’y rapportant. Ici, en Ardèche, l’association Mésange & Libellule fait un magnifique travail pour familiariser les enfants à la nature.

Chacun de nous a la possibilité de renouer ce lien avec la nature, en toute simplicité et authenticité : aller se balader en forêt, contempler le parterre de fleurs dans le parc municipal, s’arrêter pour observer l’oiseau qui s’est posé sur une branche, écouter le son de la pluie sur sa voiture…

Pour finir

Voilà un aperçu de ce qu’est la sylvothérapie, dont l’univers est vaste et enchanteur. Si cela t’attire, je t’incite vivement à venir tester une séance découverte de 2 heures car rien ne vaut l’expérimentation ! Enfin, pour commencer à développer ta connexion à la nature, tu peux t’exercer à ouvrir tes sens lors de tes balades : note tes perceptions et tes ressentis et vois comment ta sensibilité évolue au fil de la pratique. Je suis disponible pour en discuter avec toi si tu en ressens le besoin.

Je te souhaite une douce journée, remplie de beauté.