Publié le

Les bienfaits de la forêt

La forêt, et la nature au sens large, ont de multiples vertus dont nous pouvons bénéficier simplement en passant du temps à leur proximité. C’est toute une hygiène de vie, un bon sens basé sur le lien étroit qui réunit au même niveau tous les composants du Vivant : humains, végétaux, animaux, minéraux, énergies… A l’occasion de la journée internationale des forêts le 21 mars, je te propose un focus sur ce que la forêt peut t’apporter pour ta santé et ton bien-être.


La nature est indispensable à notre survie. Elle assure, par une diversité de mécanismes écologiques et écosystémiques, les conditions de notre survie sur Terre. Cependant, au fil de notre évolution sociétale et culturelle s’est posée la question de l’altérité et de la position de l’être humain au sein de la nature. Historiquement, les humains se sont regroupés et ont progressivement organisé le contrôle de leur environnement : la sédentarisation et l’apparition de l’agriculture ont changé le rapport humains/nature, le premier prenant peu à peu la domination sur la seconde. De même, les religions ont participé à la rupture de ce lien inné, notamment pendant l’Inquisition avec la chasse aux sorcières, ces personnes qui étaient simplement au contact de l’invisible de la nature et de ses énergies. Désormais, plus de la moitié de la population mondiale vit dans un espace urbanisé et plus des ¾ des français habitent en ville. C’est pourquoi il me semble important de rappeler les nombreux bienfaits que procure le contact avec la nature.

Les bienfaits de la forêt

Lors d’une balade dans les bois, tu t’accordes une séance de régénération complète, un vrai bonus santé. Les mouvements effectués en forêt lors d’une balade activent le système nerveux parasympathique. Il s’agit de la partie du système nerveux autonome qui régule le rythme cardiaque, la respiration et la digestion. Se balader dans les bois constitue donc une activité stimulant le métabolisme et activant l’ensemble du système de récupération – choses qu’une ville, malgré toutes les attractions qu’elle a à offrir, ne peut pourvoir. Une balade en forêt active la récupération physique et mentale et stimule le système immunitaire.

Pour les Japonais, le bain de forêt fait partie intégrante des concepts thérapeutiques, tant pour les souffrances mentales que pour les troubles cardiovasculaires et respiratoires. Ce pays, tout comme le Canada, la Nouvelle-Zélande et d’autres, pratiquent la prescription verte : les médecins peuvent recommander à leurs patients la pratique de la sylvothérapie afin d’améliorer leur état. La prescription verte vient agir sur le style de vie du patient, dans un but de prévention. Au Canada, le programme de prescription de la nature permet aux médecins de prescrire des cartes d’entrée Découverte dans les parcs nationaux à leurs patients qui souffrent de dépression ou de troubles anxieux.

Un air purifié

Pour produire leur énergie, les végétaux utilisent la photosynthèse. Contrairement à la respiration, lors de ce processus, ils absorbent du gaz carbonique (Co2) et libèrent de l’oxygène (O2). Ainsi une promenade en forêt apporte un grand bol d’oxygène. L’air de la forêt est un baume pour les voies respiratoires car, plus on s’éloigne de la ville et on s’enfonce dans la forêt, plus l’air est pur. La charge en poussières fines est plus faible, tandis que la teneur en oxygène est plus élevée.[1] L’air étant meilleur dans la forêt, il améliore l’élasticité des vaisseaux sanguins, ainsi que la capacité pulmonaire. En outre, la pression artérielle et le rythme cardiaque diminuent.[2]

Et ce n’est pas tout ! Les réseaux de champignons contenus dans le sol (mycéliums) sont des grands dépollueurs, ils absorbent quantité de métaux lourds et de radioactivité. C’est la raison pour laquelle il est conseillé de ne pas abuser des champignons. De plus, la forêt filtre les particules fines. Des études ont montré que le taux de microbes diminue drastiquement en forêt, où il est par exemple 10 000 fois moins élevé que sur les grands boulevards de Paris !

L’essence des arbres

Les terpènes sont des molécules produites par de nombreuses plantes, en particulier les conifères. Les terpènes ont des propriétés odoriférantes chez les végétaux. Ils leur servent de défense contre les insectes prédateurs ou à les attirer pour leur pollinisation. Ce sont les molécules les plus répandues dans les huiles essentielles. La concentration de terpènes est plus élevée en été. Une balade en forêt, tout comme le fait de respirer certaines huiles essentielles, a donc des effets préventifs et curatifs. De plus, l’exercice en plein air constitue toujours une bonne mesure pour renforcer son système immunitaire. En ce qui concerne les balades dans les bois, l’effet en est doublé : des recherches ont démontré que l’air de la forêt peut augmenter de façon remarquable le nombre de cellules immunitaires actives.[3]

Prenons l’exemple du pin, dont l’essence est composée d’alphapinène et de limonène, deux molécules aux nombreux bienfaits pour la santé :

  • Décongestionnant et expectorant : en agissant sur les glandes à mucine, ces molécules diminuent la production de mucus et désencombrent les sinus.
  • Tonifiant général et en particulier des parois veineuses : amélioration de la circulation sanguine et lymphatique, diminution de l’inflammation des poumons et des voies respiratoires.
  • Anti-infectieux, antiseptique et antalgique : idéal en cas de rhume, sinusite chronique, etc.
  • Antistress grâce à son effet sur les glandes surrénales responsables de la libération du cortisol, considéré comme l’hormone du stress.

Un lien inné bénéfique

La forêt est notre environnement naturel historique : y passer du temps peut réactiver de très anciennes mémoires et nous faire du bien. C’est en effet ce que soutiennent des chercheurs japonais qui ont démontré que des marches en forêt régulières, comparées à des marches en villes équivalentes, permettent une diminution du taux de cortisol – l’ hormone du stress – et une augmentation du taux de sérotonine – l’hormone du bonheur. Il a aussi été démontré que les patients hospitalisés avec une vue sur la forêt guérissent plus vite que les patients privés de ce privilège.

Plus de concentration

La vie urbaine quotidienne est composée de nombreux et brefs stimuli. Soit on doit se concentrer sur quelque chose de spécifique, soit le stimulus se manifeste par des couleurs vives, des lumières, des sons, etc. Dans la forêt, nos sens perçoivent la structure complexe de la nature. D’après la théorie de la restauration de l’attention (« Attention Restauration Theory ») – selon laquelle notre concentration serait accrue après que l’on ait passé du temps dans la nature -, le cerveau aurait même la possibilité de se détendre lors d’une telle balade. La détente acquise lors de balades en forêt conduirait à disposer d’une meilleure concentration.[4]  Des chercheurs scandinaves ont découvert que même le visionnage de vidéos de forêts réduisait le taux de procrastination chez les étudiants. [5] Ce qu’on peut en retenir : le temps passé en forêt lors d’une balade est bon pour la santé et rend plus productif.

Moins de stress

Les hormones du stress sont bénéfiques dans certaines circonstances car elles nous maintiennent en vie : en cas de danger, pour faire face à un coup de pression. Cependant, un taux de cortisol élevé est mauvais pour la santé sur le long terme. Des chercheurs ont découvert que les balades en forêt réduisent le taux d’hormones du stress et mettent de bonne humeur.[6] De là naît une production d’endorphines et de l’hormone du bonheur, la sérotonine.

Une harmonie retrouvée

Alors qu’en ville, l’atmosphère est plus agressive, l’harmonie règne dans les bois. Les sons coexistent, l’air est clair, le ton vert prédomine, favorisant la détente. Concentre-toi sur tout cela quand tu te balades dans les bois. Sens le sol sous tes pieds, l’air sur ta peau et qui traverse tes poumons, observe ton environnement et écoute les sons. Pouvoir se concentrer entièrement sur le moment présent est un luxe bien trop rare, mais que l’on peut cultiver au quotidien. C’est d’ailleurs ce que je te propose dans l’expérience Econnexion.

Une connexion avec la nature, mais aussi avec soi-même. Une balade dans la nature n’est pas seulement un changement en termes d’espace. Comme nulle part ailleurs, la nature offre la possibilité de ralentir et de se sentir faire partie intégrante du paysage.

Profite de ce temps pour être seul.e avec toi-même, ressentir ce qu’il y a en toi et ce qui t’importe. Tu ne dois pas nécessairement trouver des solutions à tes problèmes ni même des réponses à tes questions. Il s’agit bien plus d’utiliser la balade en forêt comme une occasion de faire un bilan émotionnel avec soi-même.

La forêt est aussi un merveilleux exemple de systémique et une opportunité d’éducation à l’écologie… L’écologie de la forêt, la nôtre : de toute manière il s’agit de la même puisque tout est interdépendant. Se promener en forêt nous apprend combien la nature est généreuse mais aussi complexe et fragile. Cette compréhension et l’amour pour cette systémique nous amènent à nous comprendre et nous aimer nous-mêmes, à comprendre que l’on est aucunement dissocié de la nature et ainsi à l’aimer comme nous nous aimons.

Les recommandations

Les professionnels de la santé recommandent au moins deux heures dans la nature par semaine en séances d’un minimum de 20 à 30 minutes, soit le temps nécessaire pour que l’hormone du stress, le cortisol, commence à chuter et que les personnes se sentent plus calmes, heureuses et connectées à leur environnement. Les promenades dans la nature aident aussi à être un peu plus résilient quand on a des difficultés dans la vie parce qu’il y a un pouvoir de restauration mentale que l’on trouve dans la nature.[…]

Les chercheurs ont ensuite avancé la thèse selon laquelle deux jours complets par mois au cours desquels on respire l’air de la forêt ont un effet positif sur le système immunitaire. 

A chacun de tester et de trouver son rythme pour ces échappées bienfaisantes.

En conclusion

Nous avons tous besoin du contact avec la nature. Toutes les technologies du monde ne pourraient remplacer ce lien subtil et ancré en nous qui nous unit à la nature. Voici un récapitulatif des nombreux bénéfices que ce contact nous procure :

  • Meilleure oxygénation avec un air plus pur
  • Renforcement du système immunitaire
  • Stimulation du métabolisme
  • Pause sensorielle
  • Augmentation de la concentration
  • Diminution du stress, de la morosité, des états anxieux et dépressifs,
  • Amélioration de l’humeur,
  • Approfondissement de notre lien avec la Nature.

Si tu souhaites expérimenter cette pratique dans un cadre bienveillant et sécurisé, je t’invite à regarder les dates de mes prochains bains de forêt.

 En plus, à l’occasion de la journée internationale des forêts qui a lieu ce 21 mars, tu peux facilement trouver une activité dans les bois : regarde par ici

Je te souhaite de belles échappées boisées !

Sources :

  • [1] https://www.sdw.de/waldwissen/oekosystem-wald/waldleistungen/index.html (Stand 25.08.2020)
  • [2] Ideno Y, Hayashi K, Abe Y, et al. Blood pressure-lowering effect of Shinrin-yoku (Forest bathing): a systematic review and meta-analysis. BMC Complement Altern Med. 2017;17(1):409. Published 2017 Aug 16. doi:10.1186/s12906-017-1912-z
  • [3] Li Q, Morimoto K, Kobayashi M, et al. A forest bathing trip increases human natural killer activity and expression of anti-cancer proteins in female subjects. J Biol Regul Homeost Agents. 2008;22(1):45-55.
  • [4] Kaplan, Stephen: The restorative benefits of nature: Toward an integrative framework. In: Journal of Environmental Psychology Volume 15, Issue 3, September 1995, Pages 169-182.
  • [5] Bielinis, E.; Simkin, J.; Puttonen, P.; Tyrväinen, L. Effect of Viewing Video Representation of the Urban Environment and Forest Environment on Mood and Level of Procrastination. Int. J. Environ. Res. Public Health 2020, 17, 5109.
  • [6] Morita E, Fukuda S, Nagano J, et al. Psychological effects of forest environments on healthy adults: Shinrin-yoku (forest-air bathing, walking) as a possible method of stress reduction. Public Health. 2007;121(1):54-63. doi:10.1016/j.puhe.2006.05.024
  • https://www.foodspring.fr/magazine/se-balader-en-foret
  • https://clairiereetcanopee.com/2018/02/15/foret-sante-7-bonnes-raisons-de-marcher-foret/